Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 17:44


La petite salle de la librairie l'Autre Rive, rue du pont Mouja à NANCY était pleine comme un oeuf pour accueillir, ce mardi 24 février  Alain Mabanckou qui venait présenter son dernier ouvrage "Black Bazar", paru aux éditions du Seuil il y a quelques mois.
On ne présente plus Alain Mabanckou, surtout à Nancy, où il est présent depuis quelques années à chaque salon du Livre sur la Place. On ne le présente plus : c'est pourquoi Jean Bernard, le libraire qui l'a invité pour cette soirée d'anniversaire - Alain Mabanckou est né le 24 février dans le "petit Congo" -, lui demande de se présenter. Le personnage est sympathique, haut en couleur et le contact est vite établi avec un public qui connait pour la plupart ses romans , même le dernier,  "Black Bazar". On attend beaucoup de confidences de ce double du "sapeur" en Weston, le nommé "fessologue", sorte d'ethnologue parisien dont les théories, qui ont court dans le quartier "Chateau d'eau", permettent, paraît-il,  de connaître la psychologie féminine à partir de l'étude de la Face B des femmes
On a les Annapurna qu'on peut.

Toujours est-il qu'Alain Mabanckou, entre son ami libraire et des lecteurs conquis, a vite trouvé le ton d'une conversation sérieuse -on y parle de francophonie, du français dans le monde, notamment aux EtatsUnis où il est professeur à l'UCLA*, le la littérature anglophone, de la frilosité française vis à vis des écrivains "importés" de ses ex-colonies -, mais aussi pleine d'humour -on y retrouve le ton qui est aussi celui de son écriture, celle d'un conteur - pétrie de paradoxes, de clins d'oeil, de contre-pieds, un peu comme ces peaux des lapins qu'on retourne et qui restent, poil en dedans, des peaux de lapins. A ne pas confondre avec la peau de banane sur laquelle a glissé Hippocrate, le voisin du dessous. Dans le roman.

Et dans la vraie vie?
Dans la vraie vie, Aalain Mabanckou rencontre de vrais personnages vivants. Certains ont gardé leur prénom : c'est le cas de Louis-Philippe (Dalembert), que nous avons invité il ya quelques années où il est venu animer plusieurs rencontres, sous la neige. Les autres ont des surnoms, mais tous ont lu le "roman" (mais est-ce un roman?) et s'y sont reconnus, au moins partiellement. Car Alain Mabanckou écrit comme il parle, et parle comme il respire : et il respire  cette extraordinaire santé d'apprendre, de comprendre, alimentée par une soif de lire et d'écrire et de transmettre, ce qu'il fait là-bas, aux Etats-Unis, tissant ensuite au fil de la plume, -il dit écrire sans trame -le récit de ses rencontres et de ses réflexions (car Black Bazar est aussi "pédagogique" dans le sens où il nous apprend à penser ou à repenser les relations de personnes venues d'horizons différents).

20 H : c'est bien trop tôt pour se quitter, surtout quand on voit l'écrivain encore capable d'aborder les heures qui suivent avec autant d'enthousiasme et de bonne humeur
Et la file est trop longue  pour attendre une dédicace, surtout que le parking du Saint Seb ferme à 20 h 30
merci,  bon anniversaire, le bonsoir à "Couleur d'origine" et à bientôt. Amitiés.

Partager cet article

Repost 0
Published by michel-dani alain - dans nancy.aspect.editions
commenter cet article

commentaires