Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 17:28



Parmi les nombreux tapuscrits que nous avions reçus pour CARNAVALESQUES, il en est un que nous avons regretté de ne pouvoir éditer, car parvenu trop tard à destination : c'es( celui du poète Mohammed El Amraoui, dont vous trouverez ci-dessous un poème et que vous rencontrerez certainement à nouveau sous peu dans nos collections.


Simple péripétie

 

 

 

Le matin, une solitude

descend du plafond

jusqu’aux meubles.

 

La conscience passe.

 

Il  avait trouvé

en bas des escaliers

une serrure neuve

des clous étalés

comme des virgules

et un hasard objectif

dans une pellicule photo

humide.

 

La vieille voisine

aux trois cancers

sous la peau

amenait son chat

déguster des boules

marrons

sous une r4 rouge.

 

            Un souffle grimpe

une échelle

assortie au poumon.

 

Nuit.

 

le cœur sursaute

à chaque

chute de feuilles

l’ombilic retentit

par intermittence

 

à des nœuds de gaz

au-dessus de l’immeuble.

 

La lune est un téton

en silicone

de vieille vache

pendant au-dessus du toit

les fenêtres en

perpétuelle contraction

et les balcons des greniers

ouverts, avides

de choses

hétéroclites.

 

Et même le bus

quand il arrive

à la station d’en face

il prend la forme

de ce qui provoque

l’angoisse-

une inquiétante étrangeté

enflée d’où

entrent et sortent

des cubes et des

morceaux de scènes

humaines.

 

La forme passe, mais

l’étrangeté reste

un moment, fumée

grise, presque

familière au lieu, avant de

disparaître

puis

 

réapparaître

au passage suivant

du bus.

 

Le lieu

semble guetter en lui

une nuance secrète

et adverse

suspectus, unheimlich

uncanny, siniestro

shaytânî et aah ! de toute

façon, et quoique

 

J. s’allonge

sur son lit hivernal

et à côté de lui

la vie aussi s’allonge

comme un tissu

avec des tâches de

malchances, d’obsessions

d’illusion de lutte

et de simples péripéties.

 

(Pourtant

un rêve subsiste

parmi les orangers.)


 Le poème est une entrée (extrait)

Le poème est une entrée, c’est-à-dire un espace qui accueille, donne accès aux chose -à la chose et son contraire, à ce qui existe et ce qui n’est pas encore. Mais aussi l’action même d’entrer. Il est entrée dans, c’est-à-dire acte de passage d’un lieu à un autre en franchissant un seuil et une porte, et il est l’entrée par laquelle cette entrée se fait et l’espace où elle quitte, une fois pour toutes, un état pour se mettre dans un autre comme on quitte l’extérieur pour se mettre à l’abri de l’intérieur ou pour s’y perdre. Les choses donc du jour et de la nuit, du quotidien et du rêve, de l’enfance, de l’histoire, de l’actualité, de l’oubli, des livres, de la langue et de l’autre langue se trouvent tantôt en confrontation, tantôt en mixture. Et il faut lire le sens dans l’éclat de cette rencontre et dans les tessons qu’un tel éclat projette : entrée en la matière de cet éclatement.

Prochainement, sur ce blog, sa bio et sa bibliographie.


Partager cet article

Repost 0
Published by michel-dani alain - dans nancy.aspect.editions
commenter cet article

commentaires