Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 23:04

 

L'escale de Podor

 

 

« L'escale de Podor » fut d'abord un fascicule documentaire de type historique écrit par Demba Sy et que nous avons édité grâce au concours de Serge Herbuvaux. Il a été tiré et verndu à une centaine d'exemplaires par Demba Sy, l'association »Podor Rive-Gauche, et sur le Bou el Mogdad, dont nous reparlerons du propriétaire, Jean Pierre Bancal, une figure économique et culturelle essentielle de la vie de Saint Louis.

 

L'escale de Podor était aussi le but ultime de notre voyage : rencontrer l 'auteur du livre, Demba Assane Sy, qui nous attendait sur le quai du vieux port, pancarte en main, du haut de ses 1m 90 et de ses 90 ans.

 

L'hospitalité africaine n'est plus à vanter, au moins pour les régions que nous avons connues : Côte d'Ivoire pour nous – et nous y ajouterons Madagascar, qui est pour certains un autre continent - ; Mali et Centrafrique pour Alain. Les Sénégalais sont à la hauteur de leur réputation, si l'on en juge par l'accueil de la famille Sy, et de la ville de Podor : un accueil familial, un contact très rapide d'amitié et de confiance avec l'auteur – comme on retrouve un père ou un grand-père – et ses enfants et petits-enfants. Une conversation d'hier qui reprendrait après des millénaires de silence, comme interrompue la veille. Non que nous pensions connaître vite, connaître mieux ces inconnus nouveaux, mais vite, nous sommes entrés dans une conversation commune, celle de tous les hommes bien au creux de leur confiance et de leurs repères : la famille, les cultures, la profession, les intérêts – communs ou différents-, tous ces encranges autour desquels peuvent se bâtir une relation, durable ou non.

Et nous avions un repère commun, le livre, le livre d'une vie, lu et relu, avec ses épisodes, les questions que nous apportions, les anecdotes qui se greffaient, comme on tresse l'osier d'un panier.

Demba Sy portrait maison Foy 2010

 

Demba Assane Sy est un personnage hors du commun. Lisant cela, il va hocher la tête et sourire en plissant un sourire rusé dans ses yeux à demi aveugles. Peut-être même, si j'ajoute qu'il est à la fois l'enfant de Mahomet et celui de Michel Zevaco, va-t-il trouver que j'exagère, et que je blesse en lui le sentiment profond et sincère du bon musulman qu'il est.

Mais c'est un avis personnel : il n'engage que moi. Je m'en expliquerai plus loin.

 

 

Demba Sy foisonne de souvenirs : ils reviennent comme à la surface quand nous devisons sur sa terrasse, et nous l'avons encouragé à écrire ces anecdotes qui se greffent si bien au récit de sa vie : dramatiques ou drôles, légers ou historiques, ils ressemblent à ceux que nos anciens échangeaient aux veillées , lors de « couarails » lorrains, quand le temps est au froid , que les travaux des champs s'amenuisent, et qu'on se rassemble au coin de l'âtre. La voix de Demba est basse : c'est l'heure douce des conversations du soir.

 

Qui se souvient de l'accident des avions militaires lors d'une démonstration, ce devait être à la fin des années 1920, derrière le fort de Podor ? Et de « l'atterrissage » sur le Sénégal (l'affleuvissage? ») des hydravions venus de Saint Louis, base aérienne des Mermoz de l'époque, qui transportaient le courrier ? Des courses de chevaux arabes, des accidents causés par l'imprudence des jeunes cavaliers, dont l'un d'entre eux heurta un zébu au passage d'un croisement- déjà des problèmes de priorité !.

DSCN1218

 

La présentation du livre de mémoire « Parcours d'un jeune Toucouleur à l'assaut de la vie » eut lieu en deux temps.

Accueillis par l'association « Podor Rive Gauche » à la Maison Guillaume Foy, les éditions Aspect et leur écrivain régional ont rencontré dans la belle cour fleurie avec soin par Anne un public nombreux – plus de soixante personnes - : les lycéens venus de Dakar qui passèrent une nuit sur le Bou el Mogdad et leurs professeurs ; des personnalités nombreuses représentant la ville et les principales structures culturelles, ainsi que des amis, parents et curieux de cet événement unique dans les annales de Podor.

Présentation, discours de monsieur le Maire, exposé de Demba Sy,- et ce malgré un sono voisine vraiment très forte -, puis verre de l'amitié et séance de dédicace – à laquelle Demab s'est très vite adapté. Rencontre curieuse d'un couple de Belges enchantés de l'événement, moment d'émotion quand une dame raconta comment Demba « mettait les enfants qui trainaient dans la rue à l'école » : elle avait reçu ce jour là trois robes neuves et le nécessaire pour la rentrée. Nous aurons l'occasion à Saint- Louis de vivre à nouveau ce genre de rencontre.

La soirée s'est terminée devant un énorme méchoui – on avait tué cinq moutons- auquel tout le monde fut convié. Il fit froid cette nuit là – entre 13 et 15 degrés sur la terrasse, mais la chaleur de l'ambiance ( et un bon pull) permirent de passer un moment inoubliable.

Il faut ici remercier les Dames de la famille – je dis bien « les Dames »! - Khady, Maty, et Bolo – pour tout le travail et les soins de cuisinières qu'elles ont réalisés ce jour là et pendant tout notre séjour.

 

DSCN1280

 

Oumar Kane, libraire à Podor : "AU QUARTIER LATIN"                              Demba Sy

 

Les dédicaces n'étaient pas terminées : une seconde séance était organisée par Oumar Kane à sa librairie « Au Quartier Latin », face à la Poste. Rencontres à nouveau, dont celle d'une vieille connaissance de Demba, un prêtre italien qui officia à Podor quelques années auparavant : échanges de souvenirs encore.

 

Une dernière visite au marché, au port puis au fort – malheureusement fermé – et une dernière photo de Demba qui prend la pose d'autrefois sur la même marche du même bâtiment : il avait alors une douzaine d'années.

 

Demba portrrait fort faidherbe pose originale

Le séjour à Podor se terminait. Moments d'émotion encore de l'adieu et de projets toujours : c'est ainsi qu'on se tient en vie. Il fallut prendre congé le mardi et regagner Saint Louis pour préparer la venue de Demba et la présentation de son livre au Centre Culturel Français.

 

Le destin devait en décider autrement.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by michel-dani alain - dans nancy.aspect.editions
commenter cet article

commentaires