Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 15:00
Printemps des Poètes à Epinal

Nous terminerons le Printemps des Poètes par une soirée à Epinal le 24 mars

Repost 0
Published by michel-dani alain
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 18:32

Rendez-vous était donc pris à Golbey pour l'invitation lancée par Jacques Pierre (" L'usure des saisons") pour une soirée "Printemps des poètes"

Soirée café-poésie

LECTURE DE POEMES-SAXOPHONE

le vendredi 13 mars 2015 à 20h30 à la salle Barbelouze Place Jean Alémani Golbey - 88190

Deux parties dans cette soirée

- des textes d'auteurs reconnus lus (et magnifiquement lus) par Marie Arnold et Agnès et Jacques Pierre

- puis une "scène ouverte" à les poètes locaux ont pu faire lire leurs écrits personnels, et pendant laquelle nous sommes intervenus pour lire des textes de Annick Breton, François Maubré et ...Jacques Pierre.

Le tout sur des décors de Jacqueline Resch , accompagnement au saxophone de Claude Trindad et des lumières de Ghislain Fayon

Ai-je cité tout le monde ?

La soirée s'est terminée sur une chanson - paroles de Roland Marx - puis deux textes de Rimbaud dits avec talent par Gérard Delon.

Printemps des Poètes à Golbey (88)
Printemps des Poètes à Golbey (88)
Printemps des Poètes à Golbey (88)
Printemps des Poètes à Golbey (88)
Repost 0
Published by michel-dani alain - dans printemps des poètes 2015
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 18:35

"Au sein de la ville de Sète, le Canal Royal, qui fait oublier les véhicules, vous prend le cœur. Avec émotion, on le voit le matin, le soir, curieux et beau.

Les mots du poème présenté, veulent suivre l'eau claire qui circule pour refléter les jeux subtils de la lumière. J'espère sa publication."

Meilleures pensées.

Jean-Pierre Parra

*******************

Canal Royal – Sète

Regard étiré
vers le canal tel qu'il est

beau le jour
beau la nuit

tu penses
sans effort
les barques qui rejoignent
reliées au monde qui parait
la mer

#

Vent épandu
dès le lever du jour
sur le canal tenu par le sommeil

tu t’éloignes
lié au pouvoir profond de l'eau
des songes vieillis
levés contre l'avenir

#

Apaisé
par l'eau
qui sous le vent faible
tremble légère

tu vis
vue apprise passée
simplement

tu restes
soucis ôtés
éveillé

#

Yeux assombris posés sur le canal
balayé dans un seul sens
par le vent impuissant qui souffle fort
pour arracher la mémoire

tu vois
engourdi par le savoir
sa peau ridée par la vieillesse
qui prolonge les ans

#

Yeux fixés
âme quiète
sur le canal

tu apprends
près de la mer toute proche
la vie qui passe
sans trêve
et jamais déviée

#

Esprit attentif
près de l'eau
jamais mesurée du canal
qui dure

tu chantes
permission accordée
le temps évanoui

#

Heureux
canal parcouru
des reflets du soleil sur l'eau qui renversent

tu te sens
dans l'air réchauffé
partir

#

Repost 0
Published by michel-dani alain
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 18:19
Robert Nedelec à CADENET

Salon de la Petite Edition – Salle

Yves-Montand CADENET

Robert Nédélec

participera les 4 et 5 avril au Salon de la Petite Edition de Cadenet.

Il y recevra ses amis, et y dédicacera, sur le stand de son éditeur, Jacques Brémond, et en présence de ce dernier, son ouvrage, «Quatre-vingts entames en nu», grâce auquel lui a été décerné, pour l’ensemble de son œuvre, le Grand Prix de Poésie 2014 de la Société des Gens de Lettres.

Salon de la Petite Edition – Salle

Yves-Montand CADENET

Repost 0
Published by michel-dani alain - dans salons
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 12:01

Ce texte de Jean Pierre Parra nous est parvenu depuis quelque temps mais je ne parvenais pas à l'ouvrir. Voilà qui est fait.

Et le voilà. Bonne découverte

Sorti du profond sommeil

Mêlé

arraché au ventre familier

à la lumière du soleil jeune

tu sens

ennemi de l’absence du temps

le sourire sur ton âme

#

Sorti

craintes achevées

de son sang

tu évites

dormeur les yeux ouverts et rêveur à l’état de veille

ce que tu crains

#

Arrivé

jeté à temps dans le monde qui respire

tu te débats

sans rien voir ni entendre

pour illuminer

lumière créée

ton esprit

relié au monde

#

Impatient

apaisement puisé

d’arriver

dans

la vie ajustée

tu oublies

envahi des souvenirs auréolés du ventre maternel

tout

tu perçois

voilé de sommeil

l’avenir inconnu

Repost 0
Published by michel-dani alain - dans découvrir
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 15:56

Un texte inédit, envoyé ce matin, et qu'il dit avoir "rêvé"

Comme il l'a "rêvé", j'ai conservé la police (drôle de mot ?) mais le logiciel d'overblog ne veut pas

l'autre

il aimerait, un jour, rencontrer cet autre, existe-t-elle seulement mais qu’importe, qu'importe, il aimerait rencontrer cet autre, qu'elle l'enlace de toutes ses forces, qu'elle le broie, qu'elle épuise la matière de son corps pour en faire sa matière, qu'elle l'enlace pour qu'il puisse oublier, pour qu'il puisse s'oublier, pour qu'il puisse entamer le cheminement vers le pardon, apprendre à se pardonner mais aussi apprendre à être, que des fragments de bonheur se propagent en lui, qu'elle l'enlace et que ses mots, mots apaisés se déversent en lui, mots ainsi faits, avec mes larmes je lave toutes tes plaies, avec mes rêves je cisèle les vagabondages de tes lendemains, avec ma tendresse je t'enracine dans le souffle de ma peau, avec mes mains je dessine les visages toujours ressassés de ton enfance et il se mettra bien sûr à l'aimer, il ne pourra s'empêcher de l'aimer, est-il possible de ne pas aimer l’être qui vous libère de la solitude et ce sera un amour insensé, un amour fou mais elle saura fonder d’autres mots, mots apaisés, mots ainsi faits, l’amour est une blessure narcissique, il est la quête de ce qui ne peut être en l’autre, il est insoumission et finalement absence mais je t’aime aussi, je t’aime mais autrement, ce n’est pas l’amour d’une mère pour son enfant, pas l’amour d’une femme pour son amant, c’est l’amour noué à la genèse de ton corps, un amour qui t’enfante, un amour qui te permet de renaître à la vie, un amour qui scelle le pacte de soi à soi-même, un amour qui est silence, il n’est de plus grand silence, sais-tu le silence d’un corps qui sait la beauté, sais-tu ce silence, il n’est de plus grand silence et il lui dira alors de ne pas s’en aller, ne t’en va pas, j’ai besoin de toi, aime-moi, enlace moi fort, très fort, je ne peux être sans toi, je suis seul, vide, perdu mais elle saura d’autres mots, mots apaisés, mots ainsi faits, cet amour recèle l’essentiel, il ne dure qu’un instant, une éternité, l’instant de la lumière et elle dénouera ensuite son corps du sien mais il voudra qu’elle l’enlace encore, il n’en peut plus de l’opacité de son corps mais elle s’en ira, sa trace, celle de la lumière à jamais inscrite en lui, inscrite dans les errances de sa solitude.

Repost 0
Published by michel-dani alain
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 10:49
LE CHANSONNIER couverture
LE CHANSONNIER couverture

Une nouveauté en janvier 2015: la parution de LE CHANSONNIER de Pierre Drogi chez l'éditeur Lettre volée (Bruxelles)

flyer de présentation : LE CHANSONNIER de Pierre Drogi
flyer de présentation : LE CHANSONNIER de Pierre Drogi

Fiche de présentation

i

Voir les commentaires

Repost 0
Published by michel-dani alain
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 16:49

Suite aux événements liés au dramatique 7 janvier 2015

ce texte inédit de notre ami Umar Timol, poète mauricien

Comprendre

Article paru dans Le Mauricien | 14 January, 2015 - 16:00 | Par UMAR TIMOL

Comprendre d’abord la douleur des proches des victimes de ces actes barbares. Comprendre que des journalistes, qui n’avaient pour armes que leurs plumes, ont été assassinés par des monstres. Comprendre que la liberté d’expression est un droit fondamental, que chacun est libre d’exprimer son opinion, quelle qu’elle soit. Comprendre qu’il faut aussi savoir manier cette liberté car il est essentiel de respecter les autres. Comprendre que rien ne peut justifier de tels crimes. Comprendre le sentiment de révolte des Français face à une violence qui s’en prend à leurs valeurs. Comprendre ceux qui disent être Charlie car ils tissent ainsi un lien de solidarité avec les victimes et réclament le droit à la liberté d’expression. Comprendre ceux qui, tout en condamnant ces actes, disent ne pas être Charlie car ils n'aiment pas le contenu de cette publication. Comprendre la peur des Occidentaux qui voient en l’Islam une menace qui guette leur civilisation, leur manière d’être. Comprendre que ces actes sont le fait de fanatiques qui ne représentent en rien les musulmans. Comprendre que la vie d’un Européen n’est pas moindre que celle d’un musulman, ou d’un habitant du tiers-monde et que la vie de ce dernier a droit de cité dans les médias. Comprendre le sentiment de frustration des musulmans face à une situation coloniale qui perdure (Iraq, Israël). Comprendre que des forces obscures sont à l’œuvre pour semer la haine et la zizanie et qu’il nous faut faire preuve de la plus grande vigilance, qu’il ne faut pas céder à l’émotivité et à l’hystérie. Comprendre que faire de l’autre un bouc-émissaire est ouvrir la porte à tous les excès. Comprendre que la politique du blâme, celle qui consiste à rendre l’autre responsable de ses échecs, est dangereuse. Comprendre qu’on ne peut perpétuellement pratiquer une politique de deux poids, deux mesures. Comprendre la nécessité de l’autocritique, on doit ainsi avoir un rapport critique à soi-même, à son identité, à sa ‘civilisation’. Comprendre qu'on ne peut résoudre les problèmes à coup de slogans faciles. Comprendre que la violence engendre la violence, qu'on ne peut se battre ici pour les droits des hommes et là-bas soutenir des dictateurs sanguinaires. Comprendre que cet aveuglement qui consiste à croire que sa ‘civilisation’ ou sa ‘religion’ est supérieure à celle de l’autre a de graves conséquences. Comprendre qu'il faut en finir avec tous les terrorismes, ceux de l'état (souvent légitimé par certains médias) et ceux des extrémistes. Comprendre qu’il faut éviter les raccourcis de l’esprit, les stéréotypes, la caricature, qu'on ne peut se dispenser d'analyser le monde dans sa complexité. Comprendre que notre impératif est celui de la raison, qu’elle doit être la lumière qui guide notre réflexion. Comprendre qu’il ne faut pas se tromper d’ennemi, que nous avons plus de choses en commun qu’on ne le croit et qu’il faut s’engager contre les ‘vrais’ problèmes, qui concernent tout le monde. Comprendre qu’on met sur pied des stratégies complexes et subtiles afin de détourner l’attention des peuples de ces ‘vrais’ problèmes. Comprendre qu’on ne parviendra à rien sans le dialogue et que ce dialogue suppose une faculté à l’écoute de l’autre, à l’empathie. Comprendre que nous sommes, au-delà de toutes les différences, des humains et que nous sommes, plus que jamais, liés à un seul destin et à un même partage et qu’il n’est, au bout du compte, qu’une seule permission, celle de la paix, autrement nous nous acheminons vers l’anéantissement.

Repost 0
Published by michel-dani alain
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 16:47

Seule, ma voix seule

Prisonnière ou

Libre d’un poème

N’ouvre aucune flammèche

Si elle ne rejoint

Ton regard

Et le feu de chacun

Mêlé aux plaies de la terreur

Comme aux plaisirs de l’amour

Et l’amour

Brindille petite, défie

La nuit gigantesque qui

Escorte de boue, de sang

De crimes, de folies, nos vies

Même muré l’amour

Étouffé, éclaté, invisible

Au creux de toi, persiste

Tu en perçois les sons

Les battements qui

Réinventent la lumière

Et dans l’espace éclaté

Tu reprends forme

Et tisons parmi les autres

Aux jours mouillés d’effroi

Tu ne t’agenouilles pas

Mais porte ta voix

Petite

Mais presque oiseau

Cet oiseau qui sur la branche

Donne au chaos du monde

L’espoir d’un chant

Jacqueline Persini-Panorias

Repost 0
Published by michel-dani alain - dans découvrir
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 12:37

Naissance sans fin

*

Un être inconnu collectif

s’est soulevé contre

la régression de l’humain

où la barbarie voudrait

nous contraindre

nous emprisonner

ce 11 janvier 2015

une résistance s’est révélée

à elle-même

en chacun de nous

par millions d’individus

citoyens qui avons marché

nous sommes vus

les uns les autres

*

Sur terre des millions d’hommes femmes

solidaires disant non à l’attentat aux attentats

ont dit oui à la liberté

*

D’elle nous sommes devenus

un instant le flambeau

étonnés de le vouloir

et du pressentiment

d’intelligence et cœur

que ce désir exigera

*

Mouvement inoubliable et spontané

de l’aventure humaine prémisses

d’une conscience collective en devenir

son instant hier ressemblait aux pétales

d’une immense fleur qui s’ouvrirait

au soleil des mondes en naissance

* * *

Repost 0
Published by michel-dani alain
commenter cet article