Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Recherche

/ / /

 

Marché de la Poésie 2011

 

 

Arriver à la Place Saint Sulpice (PARIS) pour le Marché de la Poésie n'est pas une chose simple.

Et l'irruption dans ce désert de tentes blanches, qui rappellent à la fois le camp du Drap D'Or (sans l'or) et les anciens hôpitaux tels qu'on les voit encore à Beaune, est étonnant.

 

DSCN2933--01-copie-1.jpg

Il y a aussi comme une évocation des « chaises », tant sont vides les sièges blancs qui attendent, pour la plupart, d'augustes et inspirés « derrières » (le décor).

DSCN2934 chaise

 

 

DSCN2937.jpg

 

 

Derrière le décor ? Des caisses et tout à coup, l'arrivée d'un jeune homme qui ,pousse un diable : le Marché de la Poésie se réveille d'un sommeil d'une année, aux grincements de l'engin mécanique.

 

 

DSCN2932 02

 

Alors sortent peu à peu, comme d'une boîte, des êtres chevelus, barbichus, moustachus pour les uns, imberbes pour les autres, grisonnants pour la plupart, mal réveillés mais souriants, qui vont et viennent, se saluent d'un geste ou d'une poignée de mains – voire d'une accolade -, portant caissettes et piles, engrangeant soigneusement leur provende dans les endroits encore secrets de leur tente.

Bientôt, les rideaux s'ouvrent, petit théâtre dont ils s'appliquent, ombres encore,  à tirer les ficelles, à accrocher les décors, à construire empilements et étalements (il faut varier !).

Ces êtres du Premier Rang – ce que furent les Titans avant les Dieux de l'Olympe – ce sont les éditeurs et éditrices.

DSCN2949.jpg

 

 

 

La scénographie se met en place qui repousse le silence et appelle de son creux – cette impatience de mouvements, qu'il faudra remplir, c'est un Marché, quoi ! - les acteurs.

 

Ils dorment encore. On les imagine petit-déjeunant au mieux- il est bientôt 11 heures- car couchés tardivement – ou tôtivement selon qu'on se place (Saint Sulpice) hier ou aujourd'hui. Fatigue du poète dépérissant devant la feuille immaculée (que ceux qui ont pensé à un jeu de mot salace lèvent le ...doigt) ; ou au contraire épuisé par une longue veille d'écriture car soumis à une Muse insensée et bavarde ; encore ne parlerai-je pas de ceux qui ont passé lubriquement une nuit torride avec telle maîtresse et peut-être même leur femme. Tout arrive.

 

Enfin le Marché est installé : déjà, nez au vent arrivent les avant-gardes (je ne parle pas ici de l'avant-garde culturelle, encore moisie dans ses intérieurs confortables, mais des premières cohortes de curieux, visiteurs et clients – nous dirons amateursd éclairés -, parfois quelques touristes ( l'église est sur les guides) et même un égaré ou deux d'un enterrement du matin.

Car c'est un jour d'enterrement, il y a une cloche qui sonne en fa dièse (?), un effet de mineur qui s'accorde au temps, maussade, et au froid , vif : la Toussaint n'est pas loin, qui nous fait craindre comme l'an passé(2010) un Marché glacial.

 

DSCN2953.jpg

De quoi tordre le cou à la météo et à son cortège de « réchauffementterrestristes ».

Triste, il est vrai, ce début de Marché.

La suite fut heureusement plus chaude (soleil) et plus chaleureuse (les gens) : de quoi faire son Marché.

 

DSCN2954.jpg 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by